St Just le Martel, rempart à l’intolérance

Humeur débridée et vigueur dans le maniement des crayons et des feutres, 200 caricaturistes et dessinateurs, français et étrangers, plus nombreux que jamais,se sont retrouvés pour le 36 ème Salon de la Caricature et du dessin de presse, décidés d’en découdre avec tous les sujets à polémique du moment. Sur le thème de « Libres de rien ».

Les visiteurs n’ont pas tardé non plus à être mis dans le bain de cette grand-messe annuelle. Avec des expositions alléchantes, telles que « Trump, neuf mois plus tard », « Les Français vus par les Britanniques, les Britanniques vus par les Français », salutaire exercice d’introspection nationale.

Fièvre électorale

Ou encore « Présidents, Présidents, les élections de 2017 en France”. Retour sur une fièvre électorale, pas plus tard qu’en mai dernier, que tout le monde a déjà oubliée.

Grand moment d’émotion, en l’occurrence, avec la présence de Robert Hébras, dernier rescapé du massacre d’Oradour-sur-Glane, qui s’est vu décerné le Prix du citoyen européen. Enfant du pays, en dépit de son âge, il ne cesse de militer pour la paix auprès des jeunes.

Vache fugueuse

Grand moment d’amusement aussi, lorsque la vache « Glycine », destinée à récompenser par le truchement du « Prix de l’Humour vache » le dessinateur cubain, vivant au Mexique, Angel Boligan, s’en est allée fuguer dans les rues de la petite ville, pour être retrouvée au pied de l’église.

Si Glycine retourna au pré, après sa figuration au Salon, le dessinateur Simon, Prix de la malbouffe, repartira bien chez lui avec sa terrine de porc au cul noir du Limousin.

Dessiner pour la paix

Présent comme à son habitude, « Cartoooning for peace » l’association aujourd’hui planétaire, créée par le dessinateur Plantu, a tenu à récompenser, dans la catégorie « Presse internationale », un homme aux multiples talents.

Né dans une contrée entre Modalvie et Roumanie, diplômé d’une école de cinéma de Moscou, auteur de 7 films d’animation, peintre et initiateur d’une galerie d’art à Berlin, Valeriu Kurtu ne paie pas de mine, mais il a déjà reçu plus de 100 prix à travers le monde et son recueil sur les problèmes de voisinage, juste publié, est un régal.

« Poupou » en voisin

Le public se sera réjoui sans doute de voir passer dans les allées l’ancien champion cycliste Raymond Poulidor, dit « Poupou » autre figure du terroir, qui s’est vu offrir sa caricature par 2 artistes. Il a par ailleurs distingué, pour le prix dont il a la responsabilité, 2 jeunes dessinateurs, Plop et Krank, collaborateurs du magazine Siné mensuel.

 

Chevalier Vandenbroucke

En musique, le Salon a souhaité par ailleurs souligner ce qu’il doit à son fondateur et Président, Gérard Vandenbroucke, maire 25 ans durant de la ville de St Just et fait Chevalier de l’Ordre national du mérite par le Préfet de la Haute-Vienne.

«  Vous cultivez, lui a dit le haut fonctionnaire dans un éloge remarqué, un humour malicieux et retrouvez ici le rire, l’impertinence et la dérision, que vous aimez par passion mais aussi rempart à toutes les intolérances ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
St Just le Martel, rempart à l’intolérance, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Comments

Bravo ! Amitiés à Robert…

posted by Pierre ACCOCE / 10.25.17 - 10:38

Laisser un commentaire

Subscribe Scroll to Top