Allemagne, encalminée dans le charbon

Liniger-Fiess - Le Crapaud nucléaire charbon

La transition énergétique n’est pas de tout repos. Même en Allemagne, où l’on croyait les dés jetés par Angela Merkel. Le pari était osé, comme seule une femme chancelière – la première outre-Rhin, pouvait le faire. Haro sur le nucléaire, vive l’énergie verte.

 

En d’autres termes, extinction de toutes les centrales nucléaires d’ici à 2022 (8 encore en fonction), et 80% d’énergies non fossiles à l’horizon 2050.

Si nos voisins disposent déjà d’une formidable capacité photovoltaïque, selon météo et heure appropriées, ce n’est évidemment pas cette électricité-là, qui fait tourner l’industrie allemande encore très compétitive.

Vieilles amours

Retour donc aux vieilles amours, le charbon. Avec un bassin d’emploi de 50 000 personnes, la filière « charbon » , à vrai dire, n’a jamais baissé les bras.

Elle assure encore 46% de la production nationale. Il est même question de la développer, ce qui évidemment rend caduque l’objectif allemand de réduction des émissions de gaz à effet de serre, fixé pour 2020 à moins 40 % par rapport à 1990.

En fermer 21

Si bien qu’à Berlin, on discute sec sur la place des centrales à charbon, dans la phase de transition actuelle. Schéma classique entre ministères : Écologie contre Économie. Réduction du CO2 contre maintien de la sécurité de l’approvisionnement.

Les Verts, n’ayant plus besoin d’acérer leurs crocs sur le nucléaire, les portent sur le charbon. Un institut de recherche économique, le DIW, qui leur est proche, préconise un scénario vers la fermeture de 21 des 46 centrales à charbon, notamment celles marchant à la lignite, les plus pollueuses.

Surcapacité verte

Mais les défenseurs du fossile, notamment dans la Ruhr (gisement de houille) sont loin de croire la cause perdue : «  Pour des décennies encore, on brûlera du charbon dans les centrales de Rhénanie du Nord- Westpahlie », assure la patronne du Land, une autre femme.

L’échiquier se complique cependant, et distend les choix, dans la mesure, où depuis 2 ans déjà au moins, le pays se trouve en surcapacité de production, avec la montée en puissance (et en pourcentages), comme le signale l’hebdomadaire  der Spiegel, des renouvelables, éolien et photovoltaïque.

Trop tard

D’autant que leur coût de production marginal est plus en plus faible. Offrant précisément le bon moment, selon certains, pour arrêter les centrales à problème.

S’il en est à qui le débat donne des maux de tête, ce sont bien les grands producteurs allemands, qui, de l’avis des observateurs, se sont réveillés trop tard.

Volte-face d’Angela

On oublie généralement qu’il revient à l’ex- chancelier Gerhard Schroeder le mérite d’avoir lancé les prémices d’une transition énergétique en Allemagne. 14 ans après, ces grands électriciens ont vu passer, apparemment sans s’affoler, Fukushima suivi de la volte-face nucléaire de Mme Merkel.

Et surtout le constat que l’Allemagne nage désormais dans un courant vert pas cher et n’a jamais autant exporté, ce qui bouleverse totalement la donne.

Insuffisant

Certes, ils ont procédé à une réduction drastique des effectifs de 80 000 personnes, à l’augmentation de la productivité et des dividendes pour un développement étranger… Insuffisant.

Confronté à une baisse de 46 % de ses bénéfices, E.ON, l’un des quatre, annonce une mesure-choc, celles de scinder les activités en 2 pôles, l’un se concentrant sur les énergies renouvelables, les réseaux et les solutions clients, « pôle dans le vent ».

L’autre, le « bad » pôle, intégrant les activités liées aux fossiles, pétrole, gaz, charbon et nucléaire. Également chargé du coût fortement onéreux du démantèlement du parc nucléaire.

Vers l’indépendance

Mais, à terme, la messe ne sera pas dite pour autant. Évolution souhaitée par les Verts notamment, on verra se développer de plus en plus des mix de production d’électricité au niveau local, commune par commune.

Munich envisage de se rendre totalement indépendante des productions « extérieures ». De petites villes de 15 000 habitants seront libérées de l’approvisionnement par les grands électriciens vers 2025.

L’important, stocker

Se suffisant à elles-même par la production « verte » des particuliers, industriels ou investisseurs sur place. Perspective de plus en plus plausible.

Car on voit se développer des systèmes de stockage de l’électricité au moyen d’accumulateurs au lithium, qui permet d’adapter les différentes sources de production à la demande. Que faire du riche solaire de midi quand vient la tombée du jour ?

Arme suprême

Nouvelles, ces installations de stockage vont se multiplier dans la décennie en cours. Ainsi emmagasiné, le coût du KWH pourrait être inférieur, déjà, à celui du seul transport par les grands réseaux.

Ce pourrait être l’arme suprême pour tuer les producteurs nationaux traditionnels.

———————

l’oeilducapaud

En cette période de fêtes, où se multiplient les appels à aide pour les laissés pour compte de nos sociétés, on peut voir de larges frigos ouverts, en libre service, dans les rues de Berlin.

À l’initiative de l’association « Lebensmittelretten » (sauver les aliments), 1700 bénévoles s’occupent de stocker dans ces réfrigérateurs les denrées invendables, mais encore consommables, qu’ils récupèrent dans les grandes surfaces.

Les démunis peuvent donc s’y ravitailler librement 7j/7 et 24h/24.

L’initiative connaît un tel succès que les habitants se sont mis à approvisionner les armoires de leur côté, rejoints par les supermarchés et les restaurants.

Histoire d’œuvrer collectivement contre la faim et, incidemment, le gaspillage.

 

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.0/10 (2 votes cast)
Allemagne, encalminée dans le charbon, 9.0 out of 10 based on 2 ratings

Comments

Les pro-nucléaires français stigmatisent jusqu’à la rengaine, l’Allemagne qui use du charbon pour supprimer le nucléaire.
J’ai peine à croire que les allemands n’aient pas mis au point des dispositifs pour supprimer les rejets nocifs de leurs centrales à charbon .
Qu’en penses-tu ?
Concernant le stockage, je crois beaucoup en l’air comprimé.
Peugeot a d’ailleurs choisi cette voie au lieu de l’électricité.
Il est évidement moins couteux de construire un réservoir qu’un accumulateur au lithium.
Il parait qu’en Allemagne, l’air comprimé par une éolienne géante est stocké dans une ex. mine de sel.
Est- ce un bobard ?
Il ne faut pas oublier qu’aux alentours des années 1900, Paris était desservi par un certain nombres d’autobus fonctionnant à l’air comprimé, dont il reste un exemplaire (que j’ai examiné) au musée de la RATP de Saint Mandé.
En 1995, quand j’ai construit ce nouveau garage, j’ai voulu produire mon air comprimé avec une éolienne.
Pensant banal ce projet, c’est tout juste si je n’ai pas feuilleté le catalogue d’une quelconque « Redoute » ou similaire pour en acheter une.
Devant l’absence de ce genre de matériel, je suis même allé jusqu’à déposer une « enveloppe Soleau » (antichambre du brevet), à l’INPI !……………..
Et j’ai acheté une éolienne de pompage d’eau en vue de lui adjoindre un compresseur d’air .
Les différentes péripéties sous forme de prototypes issus des branquignolages d’un Lycée technique et dernièrement d’un pseudo ingénieur ne sont pas venus à bout de ma détermination dans cette direction (à suivre !).
J’ai également investi env.70.000 euros dans une éolienne de 10.000 watts .
En plus de couvrir mes besoins en électricité , soit en direct, soit pendant les (rares du fait du littoral à 40 km)périodes sans vent avec un groupe électrogène animé par un moteur fonctionnant avec l’air comprimé.
Ou plus simple, chauffer le garage en substituant des résistances électriques aux 3 chaudières à gaz actuelles.
Le stockage étant résolu par l’inertie calorique de la masse de la dalle de béton dans laquelle circule 7000 mètres de tuyaux (à suivre également !).
Amitiés et meilleurs vœux.

posted by carl / 12.30.14 - 12:04

Le titre et le dessin n’ont pas grand chose à voir avec le contenu de l’article et lui sont même antagonistes.

Pour la situation en Allemagne, les statistiques les plus récentes montrent que la diminution de l’électricité nucléaire ne provoque pas d’augmentation de l’électricité charbonnière.

http://energeia.voila.net/electri2/allemagne_nucle_charbon.htm

L’évolution depuis 10 ou 15 ans est très nette : forte baisse du nucléaire, baisse tendancielle du charbon et lignite,
forte montée des énergies renouvelables. Augmentation puis diminution pour le gaz.

De 2009 à 2013 (reprise économique)
, la petite augmentation du charbon (et lignite) correspond à une baisse du gaz. Mais baisse pour tous les fossiles en 2014.

Entre 2010 et 2014, l’électricité fossiles dans son ensemble a baissé de 361 TWh à 329 TWh.

posted by Caribou / 01.27.15 - 2:54

Merci pour vos infos toujours pertinentes.
lecrapaud

posted by robert / 01.28.15 - 5:29

Laisser un commentaire

*

Subscribe Scroll to Top